L’événement initialement prévu en août dernier en Thaïlande se tiendra finalement le 3 janvier au Parc des Princes. Une décision qui ne satisfait pas les supporters et surtout les ultras des deux clubs, qui ont décidé de boycotter cette rencontre.

Incompétence de la LFP en matière d’organisation du match

Les supporters regrettent notamment les choix de la Ligue de Football Professionnel (LFP) quant à l’organisation de cette rencontre. Alors que cet événement aurait pu être joué en France, sur terrain neutre, avec la présence de supporters des deux équipes, la LFP a préféré choisir un match à domicile pour le PSG.

« Une fois de plus, les autorités françaises ne manquent aucune occasion de nous rappeler leur incompétence en termes d’organisation », déplorent les ultras dans un communiqué commun.

Un mécontentement autour des conditions de déplacement et du prix des billets

  • Prix trop élevés : Les ultras des deux clubs déplorent le coût des billets, qu’ils jugent excessif pour une telle rencontre. Ils rappellent ainsi que les places visiteurs lors d’un match de Ligue des Champions à Dortmund coûtent seulement 18,50 €.
  • Exception à la règle : Selon le règlement de la LFP, les billets sont plafonnés à 10 € dans tous les secteurs visiteurs. Les ultras s’interrogent donc sur cette exception et pourquoi ce Trophée des Champions ne suit pas cette règle alors qu’ils joueront bien en déplacement.
  • Un jour et une heure peu pratiques : Une autre critique formulée par ces groupes de supporters concerne l’organisation du match qui se tiendra un jour plutôt inadéquat pour ceux qui souhaitent assister à la rencontre.
A lire aussi  Quel est le joueur de foot qui a joué le plus de matchs ?

Un boycott annoncé et revendiqué par les ultras

Face à toutes ces raisons, les ultras ont décidé de ne pas se rendre au Parc des Princes le 3 janvier. « Nous laisserons la LFP organiser ce trophée dans un stade sans ce qui devrait leur rappeler des éditions précédentes en Chine, aux États-Unis ou ailleurs… », concluent-ils, adressant ainsi une sévère critique à l’égard de l’instance dirigeante du football français.

Les conséquences possibles de ce boycott sur l’ambiance et l’image du Trophée des Champions

Ce choix des ultras d’un commun accord risque d’avoir un impact sur l’ambiance dans le stade lors de cette rencontre, qui sera dès lors privée de ses plus fervents supporters. De plus, cela pourrait ternir l’image de cette compétition et donner un message fort à la LFP quant aux exigences des supporters, qui ne manqueront pas de se faire entendre à travers leur mobilisation.

Les attentes des ultras en matière d’organisation et de tarifs

Les ultras souhaitent voir une meilleure répartition des billetteries pour les deux camps de supporters, ainsi que des prix plus abordables pour tous. Ils estiment que le football doit rester populaire et accessible, ce qui n’est pas le cas selon eux avec les choix actuels de la LFP.

Ils espèrent ainsi pouvoir assister à des rencontres plus équilibrées, organisées sur terrain neutre, afin de permettre à chaque club d’être soutenu par ses fans dans des conditions justes et avec des prix adaptés à la situation économique du pays et aux réalités du football français.

A lire aussi  Les footballeurs les plus petits de tous les temps

Le Trophée des Champions : un événement clé pour débuter l’année 2024 ?

Au-delà de cette polémique, le Trophée des Champions reste un rendez-vous important pour les clubs participant, qui peuvent accrocher un nouveau titre à leur palmarès dès le début de l’année. Il faudra cependant attendre la rencontre pour savoir si cette affaire aura ou non des conséquences sur le comportement et les performances des équipes concernées.