A 50 ans et toujours actif, Jérôme Le Banner n’est plus autorisé à combattre en France. Sa dernière apparition dans une cage sur le territoire français remonte au MMA GP le 8 octobre 2022. Dans une interview accordée au site Internet, Le Banner a expliqué qu’il n’a désormais plus le droit de se battre en France car la limite d’âge a été fixée à 43 ans : « Oui, en France, oui, je suis interdit. » Bien qu’il ne puisse plus combattre en France aujourd’hui, Jérôme Le Banner restera néanmoins l’un des plus grands combattants que la France ait jamais connu.

Banc & Cigares

Légende vivante des sports de combat, Jérôme Le Banner est certes moins agile qu’à l’apogée de sa carrière dans l’arène à 50 ans. Mais sa franchise reste intacte, comme il l’a prouvé il y a quelques semaines en envoyant un grand coup de pied dans la manière dont les choses fonctionnent en France. Prenez note…

Dénonciation du fonctionnement des fédérations françaises

Avec ses nombreux titres de champion du monde et son aura persistante, Jérôme Le Banner restera l’une des grandes figures des sports de combat français. Pas encore officiellement à la retraite malgré ses cinquante ans, il a récemment combattu en MMA et endosse également le rôle de promoteur çà et là. Alors qu’il s’agissait principalement d’un tournoi de MMA, Le Banner souhaitait inclure un match de grappling pour mettre en valeur son entraîneur de lutte Thomas Loubersane. Une initiative remarquée par Breizh-Info lors d’une interview avec le géant lui-même.

  • Combat en France : pourquoi Jérôme est-il interdit ?
  • La promotion des différents sports de combat, un enjeu majeur pour la fédération française
  • L’engagement de Le Banner dans l’organisation d’événements sportifs et sa critique de la France
A lire aussi  GregMMA ne veut pas se faire décapiter par Francis Ngannou et préfèrerais aller à la fête foraine avec lui

Les critiques du géant français à l’encontre des autorités

Jérôme Le Banner n’a jamais été du genre à mâcher ses mots, et il n’hésite pas à interpeller publiquement les autorités des sports de combat en France. Il est incertain que cela change quoi que ce soit, mais au moins le géant sait qu’il a exprimé ses pensées sans réserve.

Des accusations de corruption

Dernièrement, le champion français de kickboxing Jérôme Le Banner a été condamné pour corruption le lundi 12 juin par le tribunal correctionnel du Havre, à cinq mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 €, dans une affaire impliquant son partenaire et des policiers. Champion du monde à plusieurs reprises en kickboxing et en boxe thaïlandaise, Jérôme Le Banner a été condamné à cinq mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 € par le tribunal correctionnel du Havre, dans une affaire de corruption impliquant deux policiers.

Deux policiers concernés

Menant à la condamnation de Mélissa Gallant , Jérôme Le Banner aurait contacté un proche du couple travaillant au sein de la police judiciaire du Havre. Cette personne, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel du Havre pour corruption passive, aurait mis Jérôme Le Banner en relation avec un autre policier responsable des procédures d’accidents également présent à l’audience ce lundi. Jérôme Le Banner, Mélissa Gallant ainsi que les deux policiers impliqués dans cette affaire de corruption ont tous été condamnés à cinq mois de prison avec sursis et ont encore la possibilité de faire appel de cette décision judiciaire.

A lire aussi  Les 6 meilleurs combattants de toute l'histoire de l'UFC

Malgré ses démêlés avec la justice et les fédérations sportives françaises, Jérôme Le Banner reste une figure emblématique et adulée des sports de combat. Espérons qu’à l’avenir, son engagement pour la promotion et le développement de ces disciplines permettra de changer les mentalités et d’offrir aux générations futures un environnement plus propice à leur épanouissement.